LEMNISCATE
PROCESSUS

1 novembre 2020

EXTRAIT 2 – Le conditionnement comme constat : les différents conditionnements

Extrait issu du Manuel de psychoénergétique chinoise de Lou Yan (CHAP 4 – p.446 à p.451)

La condition humaine commence dès la procréation du nouveau venu. Elle est constituée de l’hérédité terrestre des parents, de l’hérédité céleste du nouveau-né, et selon les différentes traditions, des conditions de gestation et des différentes étapes de l’embryogenèse.

La naissance

La naissance est le passage de la mémoire de la protoconscience anténatale, où le manque n’existe pas, à la vie sur Terre. Les sept étapes de la naissance influencent les impressions ultérieures, comme un filtre premier et opaque. La survie et son lot de nécessités débutent: l’adaptation au monde de l’air après celui de l’eau, la fermeture de l’oreille, la fermeture des sens subtils, la pesanteur, les différentes températures, la faim (et la douleur de celle-ci). Toutes sont des composantes de la survie et surtout du manque… Ce conditionnement archaïque influence le petit enfant, puis l’adulte dans son développement psychomoteur, corporel et affectif ainsi qu’intellectuel. La survie emploie tous les registres possibles, instinctifs, inconscients…

“L’intégrité se mesure à l’écart” Spinoza

La nature privilégie la vie : la survie passe avant la conscience. Sans incarnation, pas de possibilité de prise de conscience, pas d’apprentissage de la vie…

L’éducation et les contre-pouvoirs

Très tôt, l’enfant se rend compte que le monde qui l’entoure est dépouillé de la “substance” fondamentale. Car souvent, il la sent encore présente au fond de lui. Et malheureusement, il subit la pression parentale et sociale, il doit s’adapter puis oublie…

À quelques exceptions près, les jeux de pouvoir au sein des familles entraînent le nouveau venu. Le petit enfant met en place rapidement des stratégies de contre-pouvoir pour se préserver de ses éducateurs.

C’est ce qui provoque les traumatismes de base :

  • d’abandon
  • de domination
  • de manque d’amour
  • de victimisation
  • de déni

Lors de la deuxième année de la formation Lemniscate Processus, les élèves commencent à étudier ce niveau d’identification et notamment les conséquences de ces traumatismes sur la création de la personnalité et des formes d’attention.

Le conditionnement social

Au niveau social, la question majeure est : le projet de l’humain se résume-t-il à naître, consommer et mourir ?

Si le conditionnement social est mis en parallèle avec notre authenticité, il apparaît évident que nous devons profiter de chaque phase de renouvellement (tous les sept ou huit ans) pour nous servir du surcroît d’énergie que nous avons alors. Placer cette énergie dans un domaine non prévu par notre conditionnement nous rapprochera à chaque étape de notre intégrité au lieu de nous en éloigner.

Comportements inconscients sous influence(s)

Le conditionnement se manifeste au travers de nos comportements inconscients, issus de multiples niveaux, dont nous parlerons brièvement.

  • Les archétypes humains ont placé en nous une forme de pensée très profonde et créatrice que l’on peut rejoindre à un certain niveau dans le processus de réintégration (Yang Wei Mai).
  • L’inconscient est défini comme étant la partie de notre psyché à laquelle nous n’avons pas directement accès. Elle est un espace d’une grande mémoire, le lieu qui reçoit tout ce qui vient de l’environnement sans que nous puissions y porter attention, ainsi que ce qui est refoulé. C’est de l’inconscient qu’émerge le conscient. “Il est le terreau sur lequel pousse la fleur de la conscience”. Selon S. Freud, l’inconscient peut se définir très généralement comme l’ensemble des représentations refoulées par le Moi, parce qu’elles sont incompatibles avec les valeurs « morales » du Surmoi. Par définition, il est inaccessible ; seuls certains éléments remonteront à la conscience par le sub/préconscient. Selon J. Lacan, l’inconscient est défini comme étant transindividuel. L’inconscient est, dans le discours du sujet, les émergences du discours de l’Autre. L’inconscient est un défaut de mise en paroles. C’est un chapitre censuré de l’histoire du sujet, occupé par un blanc ou par un mensonge (ici on a déjà quelque chose de l’inconscient collectif non spirituel).
  • L’inconscient collectif est le niveau suivant, qui se manifeste malgré nous. Il s’agit de tout ce que les pensées humaines ont imprimé dans l’astral, produisant entre autres les champs morphogénétiques. Le préconscient est constitué de toutes les opérations inconscientes débouchant sur une prise de conscience, notamment d’une pensée qui advient apparemment de nulle part, mais qui en réalité procède d’un long processus d’interpénétration de champs de conscience.
  • L’inconscient refoulé est une protection face aux agressions émotionnelles, physiques ou psychologiques insupportables. Lorsque l’on a acquis la position de témoin, l’estime de soi, l’acceptation de soi, l’unification de l’Être tout entier, nous permet d’accepter nos zones d’obscurité, de guérir l’enfant intérieur, de diminuer l’emprise de cette forme d’inconscient. Le travail de réintégration des Merveilleux Vaisseaux est la prise de conscience de notre véritable potentiel.
  • Le non conscient se dévoile par un travail approfondi sur soi. En effet, de nombreuses influences non conscientes phagocytent notre activité, envahissant notre attention, dispersant l’énergie dans des domaines qui nous éloignent de nous-mêmes.
  • Le subconscient ou préconscient se définit comme partie intermédiaire entre la conscience et l’inconscient. Il est le lieu d’où remontent certains éléments de l’inconscient, et fait jouer son influence sans être nécessairement identifié par la conscience. De ce lieu émane une grande influence, puisque les éléments s’y trouvant sont tout proches de la conscience sans se faire identifier et provoquent notamment les comportements automatiques. Souvent, c’est ce matériel qui émerge en psychothérapie. Ce qui s’y trouve peut être rendu conscient par un effort de réflexion. Avec un peu d’expérience, nous pouvons modifier n’importe quelle habitude placée sur ce niveau, même si elle paraît enracinée depuis des décennies.

Les pensées automatiques, gestes, émotions associées, sont des tyrans inconscients se manifestant malgré nous. L’attention portée au processus est l’outil de réunification majeur. Cette attention n’est pas seulement cérébrale, elle préfigure l’ascension du Jing Qi réunissant les 3 Dan Tian (instinct – émotion – mental).

Lou Yan

lou-yan@le-jardin-interieur.com

04 66 26 16 83

userhomeuploadphoneenvelope linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram